Comment bien vivre le confinement lié au Coronavirus ?

comment bien vivre le confinement

Comment bien vivre le confinement ? Une question que de nombreuses personnes se posent depuis que nous sommes rendus à rester chez nous. Au cours de mes trois dernières émissions du podcast Studio Psy Paris, je vous ai partagé des éléments de compréhension afin d’appréhender au mieux ce que nous traversons avec la “crise” du Covid-19. Aujourd’hui, je vous résume mes conseils pour vivre au mieux ce confinement.

Coronavirus : comment bien vivre le confinement ?

Nous arrivons à 1 mois et demi de confinement et je souhaite mettre en avant que dans ce moment que nous éprouvons, il y a et aura des hauts et des bas. Certaines semaines où nous arriverons à mieux gérer nos émotions, angoisses, etc. Et d’autres, il sera plus compliquée de mener sa vie le plus “normalement” possible. Cela est tout à fait normal. Le premier pas est l’acceptation. En effet, j’accepte que j’ai mes limites, j’accepte qu’à des moments, je “gère” et à d’autres “je gère moins”.

Limiter son exposition au climat anxiogène

Ce point là est extrêmement important. Sans les médias, la situation est déjà anxiogène voire angoissante pour bon nombre d’entre nous. Les médias, que ce soit les chaînes d’information que les Réseaux Sociaux mettent l’emphase sur le climat actuel et va renforcer l’anxiété et l’angoisse qui peuvent s’y associer.

Le premier réflexe sera donc de limiter son temps face à toutes ces sources d’informations. En effet, il est très facile de se laisser happer par les chaînes d’informations qui tournent en boucle ou un fil d’actualité – que ça soit sur Facebook, Twitter, etc. Protégez-vous en vous préservant de ces canaux d’informations – dont certains qui propagent des fake news.

Sourcer l’information

En plus de limiter son temps sur les différentes plateformes et médias, il est essentiel de se méfier des informations qui circulent. En effet, au tout début de l’arrivée du Coronavirus, beaucoup de photo-montages ont été diffusées. A nouveau, préservez-vous et allez chercher l’information sur les sites officiels du Gouvernement ou de la presse (AFP, par exemple).

Poser des limites

En plus de mettre en place une certaine discipline personnelle par rapport à notre contact avec l’information, je crois qu’il est aussi important de se dire que nous avons le droit de parler d’autres choses. Certes, une partie du monde tel que nous le connaissons s’est mise en pause mais nous continuons d’exister et sommes en vie. Choisissez des sujets de conversations qui vous font plaisir, entretenez vos passions, etc.

Accepter la situation

Effectivement, la situation peut être difficile à vivre. Je pense que pour être dans l’acceptation, il faut savoir pourquoi nous sommes confinés. Alors, oui, nous pouvons ou pas être d’accord avec le choix du gouvernement mais il est important de comprendre que c’est le fait de se “couper” du monde qui aide à lutter contre le coronavirus.

Plus nous sommes dans la résistance et plus nous créons un état de tension qu’il soit émotionnel, endocrinien, etc. Respirons un bon coup et voyons les choses sur lesquelles nous avons une marge de manoeuvre et d’autres non. Nous pouvons donc gérer notre rapport à la situation même si nous ne pouvons gérer toute la situation en elle-même.

Mettre en avant le positif

Autant nous pouvons être “privé(e)s” de certaines libertés, autant il est important de se rappeler ce qu’il y a de bien dans nos vies afin de mettre davantage la situation en perspective. Si nous sommes à l’abri, nous avons de quoi subvenir à nos besoins, sommes en contact avec nos proches, etc.

Structurer ses journées

Que vous ayez ou non des enfants, se donner un cadre de vie permet de mieux vivre ce moment de confinement parce que nous sommes dans une continuité avec l’avant et l’après. Alors, certes, nous devons les adapter mais elles viennent organiser et de garder des routines qui sont essentielles pour éviter de trop grosses monter d’angoisses. Pourquoi ? Parce que le cerveau n’est pas habitué à l’inactivité. D’autant que les sollicitations sensorielles habituelles (bruit des voitures, dans la rue, discours des gens, etc) ne seront pas là.

Alors, oui, le week-end peut être le moment du repos, des grasses matinées, etc. Et entre le lundi et le vendredi, délimiter les moments de travail qu’il soit professionnel ou scolaire.

Mettre des couleurs dans l’assiette

L’alimentation joue un rôle important dans nos routines et peut avoir un impact sur notre système nerveux – et ce, à plusieurs niveaux. En effet, se préparer un repas, sans être un grand chef, mais avec de la couleur et un petit peu plus d’attention, va apporter une satisfaction visuelle. Cela donnera plus envie – même si nous ne pouvons profiter des restaurants. Aussi, jouez avec les saveurs et les épices afin de provoquer des réactions positives au niveau hormonal. Si nous mangeons un plat que nous aimons, nous allons libérer des endorphines et donc être rassasié(e)s tant physiquement que mentalement.

Alors, oui, il peut y avoir des tendances à grignoter pendant le confinement. J’en parlerai dans un autre article à venir prochainement.

Bouger son corps

Que vous soyez habitués ou non à être sédentaires, notre corps et esprit sont programmés pour bouger. En effet, le mouvement/l’activité (je ne parle pas de sport) aide à entretenir notre corps biologique mais aussi réguler notre appétit, notre cycle veille/sommeil, etc.

Alors, comment bouger en période de confinement ? Prenez un peu de temps dans la journée pour vous dégourdir les jambes, faire des étirements. Le web regorge de vidéos et applis avec des idées d’activités physiques qui s’adaptent à tous les niveaux, les âges et physiques. Si vous n’êtes pas trop sport, mettez votre musique préférée et danser !

Maintenir les liens

Cette période de confinement apporte son lot d’inquiétudes dont certaines vont avoir un impact directement sur notre état émotionnel. Nous avons clairement besoin d’être rassurés alors oui, restez en contact avec les gens que vous aimez, qui vous font du bien. Organisez un apéro ou un repas en visio conférence, demandez des nouvelles, dites aux personnes que vous aimez que vous les aimez, qu’elles vous manquent, etc. Attention à ne pas non plus être dans l’excès et de vouloir trop remplir le vide avec pléthore de messages.

Chercher le plaisir

Ce que nous devrions faire en tout temps : qu’est-ce qui me fait vraiment envie là et maintenant ? De quoi ai-je “faim” ? Est-ce de lire un livre ? De prendre le soleil depuis ma fenêtre ou balcon ? D’ailleurs, il est extrêmement important d’aérer chez  soi et de profiter de mettre son visage à la fenêtre ou de profiter de son balcon si vous en avez un. Prendre soin de mon corps ? Cuisiner ? Appeler ma meilleure amie / mon meilleur ami ?

Tout ces petites choses qui vous font du bien vont augmenter le bien être et soutenir la production d’hormones positives comme la dopamine, les endorphines,…Alors, pensez-y !

Pour aller plus loin sur ce sujet et continuer de réfléchir sur comment bien vivre le confinement, rendez-vous sur le podcast !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *