Hug Day : journée nationale des câlins

Après le Blue Monday (journée la plus déprimante de l’année, le 3ème lundi de l’année), voici le Hug Day.  Quoi de mieux que de câliner un proche ou moins proche pour se réconforter ? Qui n’a jamais vu une personne avec une pancarte “Free Hugs” ? Dans cette mouvance, aujourd’hui, le 21 janvier 2021, nous avons la journée nationale des câlins. Pourquoi faire une journée qui invite à faire des câlins ?

Hug Day : de quoi s’agit-il ?

Cette journée a été créée en 1986 par Kevin Zaborney, un révérend américain, dans l’État du Michigan aux États-Unis. La raison pour laquelle ce jour particulier a été choisi était due au fait qu’il se situait juste entre Noël et la Saint-Valentin.

Initialement commencé aux États-Unis, Zaborney voulait encourager le public à dire qu’il est parfaitement bien d’être embrassé par votre famille, vos amis et votre moitié afin de se sentir aimé et accepté.

27 ans plus tard, la journée informelle est devenue virale, et ce câlin à l’anglo-saxonne (“hug”) se pratique partout dans le monde.

Le mouvement Free hugs

En parallèle de cette journée “Hug Day”, nous avons vu apparaitre les pancartes “free hug” ou câlin gratuit. Le principe est simple : il suffit de se fabriquer une pancarte en carton sur lequel est écrit “free hug”, se poster dans un lieu public et … attendre que les gens se jettent dans vos bras !

C’est en 2004 que ce mouvement que serait le mouvement, à Sydney en Australie, dans un centre commercial. Un certain juan mann (pseudonyme), triste de se retrouver seul et loin de son pays, avait fabriqué une pancarte et inscrit Free Hugs dessus. L’idée fait le tour de la toile grâce à une video postée sur internet en 2006.

Ce phénomène a été repris partout dans le monde et est régulièrement partagé sur les réseaux sociaux.

Faire des câlins : impact santé

Dans un monde où tout va vite, où nous sommes de plus en plus souvent derrière nos écrans – surtout avec cette pandémie, nous connecter à notre corps, à nos terminaisons nerveuses et à l’échange que deux corps (ou plus !) qui s’enlacent est un retour aux fondamentaux, à l’essentiel, à soi.

Se rappeler que nous sommes des êtres de chair, de sang et d’émotions et que le langage verbale possède une portée qui nous dépasse. Le contact est vital chez l’être humain. Faire un câlin, se prendre dans les bras répond à ce besoin de tendresse et d’attention que nous avons tous-tes.

Saviez-vous qu’au bout de 7 secondes de contact physique, le cerveau libère de l’ocytocine ?

Au bout de 20 secondes, cette hormone est en quantité dans notre corps et nous ressentons un sentiment de bien-être et d’apaisement. Se faire des câlins permet donc de créer une petite bulle de bonheur à l’intérieur de son cerveau qui va ensuite inonder votre corps et votre conscient. Alors, qui est partant(e) pour faire (plus) des câlins ? 

L’ocytocine participe à la création du lien entre la mère et son bébé (si ce sujet vous intéresse, je vous invite à écouter cette émission du podcast) et dans nos relations affectives et amoureuses en général. Cette hormone favorise la confiance en soi et le sentiment d’amour.

Le câlin est donc bon pour le moral, mais il serait aussi bon pour le cœur. Il semblerait que 10 secondes d’étreintes suffiraient à réduire le risque d’hypertension (Jan Astroma étude Comprehensive Psychology). Le câlin permettrait également une baisse du sentiment de stress.

Alors, partant-e-s pour se faire des câlins ?

journée des câlins

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *